Fantasmagorie

Emile Cohl - 1908

Le 1er dessin animés

Cohl dessine un petit bonhomme, à l’allure clownesque, qui se déplace dans un univers surréaliste. La main de l’auteur donne naissance au personnage dès la première scène et tout au long du film, il apparaît et disparaît au gré de ses envies pour semer le trouble chez des spectateurs venus au théâtre. Il est capable de se transformer à partir d’une bulle, de métamorphoser sa tête en bilboquet, devient prisonnier d’une bouteille, en ressort… Et quand il est brisé en deux, c’est la main de l’auteur qui intervient pour le reconstituer.

Fantasmagorie est le titre du premier dessin animé d’Émile Cohl. Il est considéré à tort comme le premier dessin animé du cinéma : « Il n’en demeure pas moins incontestablement pour l’Histoire le véritable créateur du « 7e art bis », le pionnier du cinéma d’animation1 ».

Rappelons cependant que le premier dessin animé du cinéma fut présenté dès 1892 par Émile Reynaud, grâce à son Théâtre optique. Ses films (Pantomimes lumineuses) étaient directement tracés et coloriés sur une pellicule sans émulsion argentique de 70 mm de large, un procédé qui sera repris plus tard par le célèbre animateur canadien Norman McLaren. Quant au premier dessin animé par procédé photographique, il est américain et produit par la Vitagraph Company, Humorous Phases of Funny Faces, et réalisé en 1906 par James Stuart Blackton, selon un nouveau procédé du cinéma : le « tour de manivelle », un « procédé (qui) fut appelé en France "mouvement américain". Il était encore inconnu en Europe2 ».

Fantasmagorie est projeté le 17 août 1908 au théâtre du Gymnase à Paris, transformé en cinéma à l’occasion de sa clôture annuelle. C’est le début de la longue et créative carrière d’Émile Cohl dans le cinéma d’animation.

Fantasmagorie a été tourné image par image, dure une minute et quarante secondes et mesure 36 mètres3. À chaque photogramme correspond un dessin complet, personnages et fond. En effet, Cohl n’utilise pas la technique de la feuille de celluloïd qui permet de garder le même fond en dessinant le personnage en mouvement sur un transparent (appelé "cellulo") sous lequel on positionne une fois pour toutes un décor dessiné.

source : wikipédia

Dans la même catégorie

Masha et Mchka - 19 - La répétition de l'orchestre
Masha et Michka - 02 - Absent jusqu'au printemps !
Pocoyo - L'étoile
Contes Célestes - Les Hauts Sommets
Chloe Magique - Stars de la chanson - S1E52
Mimi la souris - les marionnettes
Chloe magique - S2E07 - Patience petite abeille
Supersnurfl (ep 02)
BONBONS : C'est si bon... ?!
Fantasmagorie
The Olive Branch : SLEEP
Pourquoi j'ai faim - Adibou

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 |

L'Americano Returns
Pass the pinha
Sainte Barbe / Holy Beard
Les Contes de la Ferme
A Cloudy Lesson
Lavatory - Lovestory 2007

Avec le tag : France

Les contes de Tinga Tinga : La chauve-souris
Élémentaire, mon cher dragon
PianOtine - Les Doigtés
Les super-pouvoirs pourris
La gaufre
Samsam - Réception chez Crapouille

Avec le tag : Animation 2D

3 ours & 1 frigo vide
The old man and the sea
Jealousy
Christmas Card to Friends
Feels Like We Only Go Backwards
La mare aux tétards